Club richelieu Sept-Îles


  • (418) 962-3777

Le Richelieu International, a constitué jusqu’ici près de 300 clubs regroupant au delà de 5 000 membres qui forment la base de l’organisme. Car sans les membres pas de clubs, pas de clubs pas de structure.

Histoire de l’Institut Richelieu

Histoire de l’Institut Richelieu ( 1962-1991 )
263, rue Papineau. Sept-Iles.
Par l’ami R/Urgel Pelletier

Le nom légal de la bâtisse est «l’Institut Richelieu de Sept-Iles Inc», corporation légalement constituée en vertu de la troisième partie de la loi des compagnies de la Province de Québec, c’est-à-dire sans but lucratif. Cette corporation a été fondée le 21 mars 1962 et a acquis un immeuble connu et désigné sous le numéro 1926-27-28 du rang deux, village des Sept-Iles aux plan et livre de renvoi du cadastre officiel du Canton Letellier; sur ces immeubles est construit un édifice, soit une résidence uni-familiale transformée. Cette corporation
( Louis Laflamme, président ) a acheté ces immeubles de la Caisse Populaire de Sept-Iles
( René Bergeron, gérant ) le 25 octobre 1962 pour la somme de $5,800.00 dont $800.00 a été payé comptant et la balance est payée $500.00 par année au taux de 7% d’intérêts. Enregistré ( NO : 359 ) le 13 novembre 1962. Me Yves A. Rioux, notaire.

Le 6 novembre 1963, une entente est intervenue entre le Club Richelieu Sept-Iles Inc (Laurie Leblanc, président) et la Commission Scolaire Locale de Sept-Iles ( Louis Émile K. Laflamme, président ). Cette entente prévoit que la Commission Scolaire fournit tout le personnel enseignant, l’ameublement et tous les services pédagogiques. De 7 à 12 enfants
jugés déficients mentaux, non intégrables à une classe ordinaire, fréquentent l’Institut. DONT ACTE, à Sept-Iles, sous le numéro 2325. Me Serge Binette, notaire.

Le 11 juin 1968, Gérard Bergeron, président du Club Richelieu, signe un contrat avec Jean-Louis Labbé, président de la Régionale du Golfe par lequel cette dernière fournira tous les services pédagogiques à l’enfance inadaptée. DONT ACTE, à Sept-Iles, sous le numéro 402. Me Pierre Duchesne, notaire.

EMPRUNT.

Enregistrement NO : 19409
« Obligation au montant de $25,000.00 à 10% l’an, remboursable par le Club Richelieu Sept-Iles Inc, en faveur de la Banque de Montréal et affectant le dit lot. Hypothèque additionnelle de $3,750.00 pour accessoires, clause de Dation en paiement et le tout est sujet aux autres conditions mentionnées. Adresse NO : 6226 Me Pierre Duchesne, notaire, le 31 octobre 1973 ; Min : 3219 ». Enregistré le 2 novembre 1973.

AGRANDISSEMENT.

En 1973, sous la présidence de l’ami président Lucien Perron, l’Institut est agrandi, on double sa superficie.

En 1974, sous la présidence de l’ami Urgel Pelletier, en plus de terminer l’agrandissement, tout le sous-sol est construit et on installe un plancher chauffé ce qui permet aux jeunes handicapés de faire de la physio-motricité dans des conditions idéales. Les membres
Richelieu ont travaillé très fort pour la construction de ce sous-sol. Ils ont donné un fier coup de main aux ouvriers spécialisés. Pour embellissement, des arbres ont été plantés. L’Institut agrandi et rénové est inauguré en décembre 1974.
Ci-joint 2 photographies, qui ont paru dans la revue, la «Vie Richelieu», Vol, 25 No : 5.

Le 11 septembre 1974, le Club Richelieu de Sept-Iles Inc, Urgel Pelletier, président, signe un contrat avec la Commission Scolaire de Sept-Iles, Louis-Ange Santerre, président, pour « employer l’immeuble désigné ci-dessus comme institut pour l’Enfance Handicapée et résidant dans la cité de Sept-Iles et/ou les environs ». DONT ACTE, à Sept-Iles, sous le numéro 431. Me Jean-Pierre Hudon, notaire.

OCCUPATION.

La bâtisse est louée $1.00 par année. Seize enfants déficients mentaux légers ou moyens
fréquentent l’Institut. Le Pavillon de la Falaise de Baie-Comeau, qui relève directement du Ministère québécois des Affaires Sociales, supervise l’administration pédagogique. Quatre éducateurs y travaillent du lundi au vendredi à raison de 4 heures par jours. Le programme académique se divise en 2 parties dispensées chacune par 2 institutrices. Un programme de psycho-motricité comprend le patterning (qui consiste à apprendre à l’enfant les mouvements de la reptation) des exercices pour aider les enfants à découvrir leur image corporelle et la latéralité. Un programme scolaire enseigne la lecture et l’écriture à lequel s’ajoute une période hebdomadaire d’arts plastiques.

Les membres du Club utilisaient aussi les locaux situés au sous-sol pour leurs activités personnelles et sociales, comme par exemple : réunions du conseil d’administration, remise pour les archives, le dépouillement de l’arbre de Noël, etc,.

Achat de 2 terrains.

Octobre 1974. Même si le Ministère des Terres et Forêts avait gelé, à cette époque, la vente de ses terrains dans la région 09, la direction Richelieu a réussi à faire venir à Sept-Iles, le ministre Kevin Drummond et les représentants de ce ministère pour leur présenter ce projet d’achat. Assistaient aussi à cette rencontre, le député de Duplessis, Donald Gallienne, le président du Club, Urgel Pelletier, qui leur a expliqué cette demande et une dizaine de membres Richelieu, Maurice Depeyre, Charles-Eugènes Porlier, Gérard Bergeron, John Méthot, Lucien Perron, Gilles Porlier, Jos H. Martel, etc,.






Vente par la Couronne.

Lettres patentes enregistrées le 12 février 1975. Lib. 363
Fol. 16 Le sous-régistraire du Québec, René Langevin. Réf, no : 17,761
Prix payé pour ces 2 terrains : $800.00

La compagnie Québec Labrador Construction Inc, propriété de deux bons amis Richelieu, Charles-Eugène Porlier et Maurice Depeyre donna gratuitement le revêtement d’asphalte de l’entrée et d’une partie arrière du terrain.

L’ami Urgel fut, pendant une dizaine d’années, le responsable du Club auprès
de la commission scolaire. Puis, un jour, l’administration régionale du Golfe décida
d’incorporer nos protégés inadaptés dans des classes régulières. Alors, il fallait donc trouver une nouvelle vocation à l’Institut et c’est « Le Café Chrétien » qui occupa les lieux;
un endroit de rencontres avec des animateurs pour les jeunes et moins jeunes. Par la suite, les locaux furent occupés par les associations des «AA» où elles tenaient leurs réunions.
Les membres du Club se cherchaient une œuvre majeure et décidèrent de vendre la bâtisse et les terrains. Le tout a été vendu à « La Vision Sept-Iles Inc », le 15 mars 1991, au prix de $100.000.00 DONT ACTE, à Sept-Iles, sous le numéro 6990. Me Raymond Y. Gaudreault.

Merci à l’ami R/Clément Côté, notaire, pour m’avoir prêté les actes notariés pour faire cette recherche. J’ai transmis ces documents officiels au Club Richelieu Sept-Iles Inc, pour les archives.

Mars 2013
R/Urgel Pelletier, membre à vie. Ex-président 1974.
Membre du Cercle Horace Viau, 1996.
Prix Jean-Joseph Girard, 2013.